Un mois sans achats, version 2017!

Il y a environ un an, je me lançais un défi pour le mois de janvier: ne rien acheter!
Et bien, j’ai aimé cette expérience, elle m’a fait du bien, autant psychologiquement (en faisant de la place pour ce que j’aime vraiment), physiquement (en n’emplissant pas mon espace de vie) que monétairement (on comprend facilement pourquoi! 😉 )hipsterlogogenerator_1483973105196.pngEn plus, je reviens tout juste de voyage et je remets en route la fonction « école » de ma vie, alors ce sera l’occasion de prendre mon temps pour retomber sur mes pieds, refaire l’inventaire de ce que je possède et foncer à toute allure dans la nouvelle année!

Un mois sans achats, ça veut donc dire, du 9 janvier au 9 février:

* aucun d’achats autres qu’alimentaire et/nécessaires (litière, produit vaisselle et hum… c’est pas mal ça!)
* du temps pour utiliser ce que je possède déjà
* du temps pour faire ce qui me fait du bien (par exemple, du yoga tous les jours!)
* me défaire de l’habitude, que je reprends si vite, d’entrer dans les boutiques « juste pour voir »
* du temps à passer avec celles et ceux que j’aime… et prendre ce temps-là tout le temps, pas juste ce mois-ci

unknown

Pourquoi, pour moi, « s’interdire » tout achat pendant une certaine période libère-t-il du temps?
C’est vrai que pour les gens qui m’entourent, je suis loin de représenter celles qui magasinent tout le temps. Pourtant, j’ai mes faiblesses qui savent me faire dépenser temps et argent, seulement elles sont différentes. J’adore tricoter, donc, passer plein de temps dans les magasins de tricot, déambuler dans les librairies (et ne rien acheter, juste faire le bilan de tous ces livres à lire et de tous ceux que je ne lirai jamais) et les crayons et les cahiers (et je DOIS arrêter d’en acheter, j’en ai bien assez pour les 20 prochaines années).
Certain.es trouveront que c’est peu, d’autres que c’est beaucoup. Ce que je trouve moi, c’est que les désirs matériels, même s’ils me font du bien souvent, me prennent du temps. Du temps pour les rêver, à regarder des photos sur Internet, à ne pas être capable de rester concentrer sur un livre parce que je pense à tous ceux que je pourrais lire… Alors, un mois annuel pour désapprendre à mon esprit à désirer le matériel et se concentrer totalement sur le présent! (en rêvant un peu le futur, quand même 😉 )

Ça vous dit, comme projet?

journee_sans_achat.jpg

Sur le blog ce mois-ci, je vais en profiter pour partager avec vous des petites capsules zéro déchet dans la cuisine! De quoi se donner envie de manger sans produire de déchets! 😉
C’est à surveiller, les inspirations du lundi prendront une petite pause pour laisser place à ces capsules zéro déchet. J’espère qu’elles vous plairont!

Pour retrouver l’expérience de l’année dernière:
Un mois sans achats
Le bilan du mois sans achats

Alors, vous embarquez avec mois dans ce mois sans achats??

———
Pour plus de l’aventure, suivez En minuscule sur Facebook ou Instagram!

Un mois sans achats: le bilan

Bon lundi! 🙂

Déjà une bonne semaine que mon mois sans achats est terminé, et bien que ça ne fasse pas de grande différence pour cette semaine (comme quoi, changer ses habitudes, ça marche!), voici le petit bilan que je vous avais promis! 🙂

Et puis, tu as réussi?
Alors, allons-y avec cette question que tous mes amis me posent. Est-ce que j’y suis arrivée? Et bien je dirais oui et non, mais avec le oui avant le non. Voici une petite liste des choses que j’ai dû acheter le mois dernier:
* Du savon à vaisselle
* De la litière pour mon chat (je n’avais pas pensé à vérifier les stocks! 😉 )
* Du peroxyde d’hydrogène (encore pour le chat!)

Alors bon, je crois que ce ne sont sommes toute pas des achats compulsifs et/ou que j’aurais pu éviter.

achaUn jour, un mois, un an… à vous de voir, mais faites-le!

Et ce n’est pas trop difficile?
Alors là, je dirais que ç’a été un peu difficile… la première semaine! Puis, j’ai essayé de comprendre ce qui avait changé entre le moment où j’étais toute petite et que je n’avais pas ce désir et maintenant. Ce que j’ai découvert, c’est que la principale différence, c’est que j’habite maintenant en ville! Alors, je me suis mis à explorer mes parcours quotidiens, parsemés de petites boutiques: ce magasin de bottes que j’aime particulièrement, cette librairie que je crois lorsque je vais chez mon amoureux, cette petite boutique d’objets québécois juste à côté d’où je travaille la fin de semaine… Tous ces petits endroits que j’aime et qui se retrouvent sur ma route! Ça n’existe pas dans mon petit village ça.
Alors, j’ai réalisé que, même si j’ai quand même une bonne carapace face aux publicités de grandes entreprises, je suis très sensible aux micros-endroits, aux boutiques de quartiers, aux petites librairies, aux créateurs locaux. Ce n’est pas mal en soi, même que je suis heureuse d’avoir ce réflexe lorsque j’ai besoin de quelque chose, mais il est tout de même que je n’aie pas besoin de tout ce que j’achète dans ces endroits et qu’il était bon que je fasse ce petit bout de chemin entre mes deux oreilles.

Donc voilà, après une semaine, un petit filtre c’est installé devant mes yeux, me permettant de remarquer autre chose sur mon chemin: les arbres qui bordent les rues, les éclats de regards glacés de ceux qui croisent mon chemin, le crissement des bottes sur la neige… Toutes ces petites choses qui peuvent meubler notre attention sans qu’elle soit happée par les boutiques autour.

achComme ce bon vieux capitaine Haddock, sachons nous contenter de peu!

Alors, tu n’achèteras plus rien?
Et bien non, bien sûr que non. Mais je vais acheter différemment. J’ai eu toutes sortes d’envie pendant ce mois,certaines qui guideront de futurs achats, d’autres que non. Par exemple, je me suis bien informé sur les poêles en fonte et je crois bien que ce serait un investissement que j’aimerais faire plus ou moins bientôt, tout comme une corde à sauter, question d’avoir un petit objet me permettant de garder la forme pendant les jours froids et les jours de pluie et je crois bien que j’achèterai un deuxième tote bag pour les courses et que, tant qu’à faire, ce sera celui-ci, parce qu’il est magnifique et conçu par une fille de Montréal.

toteSeulement un sac, pour les courses, ce n’est pas toujours assez

Et, il y a ces envies, aussi, qui ont passé, qui ne me semblent pas nécessaires pour l’instant. En pensant à mes envies, j’ai réalisé que j’étais incroyablement sensible aux beaux papiers, aux crayons, aux petits cahiers pour écrire. Mais j’en ai déjà tant! Et je ne les utilise bien sûr pas tous… Alors il faut que je me contente de ce que j’ai. Réaliser ce qui nous charme permet cela, je crois. J’ai aussi réalisé que je conserve beaucoup de pots en vitre, que j’ai toujours l’impression d’en manquer et l’envie d’en acheter. Pourtant, j’en ai assez. Maintenant, je le sais. Un jour, j’achèterai de nouveaux pantalons, mais pas maintenant, je n’en ai pas besoin. Et une nouvelle casquette aussi, parce que ça ajoute de la fraîcheur à mes tenues noires et blanches et que j’aime ça, moi, les casquettes. Mais pas maintenant, j’en ai déjà une que j’aime beaucoup.

Et un tout petit point à part pour la question de la laine. Je tricote, j’ai de la laine, beaucoup. En fait, j’en avais beaucoup. Pendant ce mois, j’ai trié et donné la majorité de mes restants. Maintenant, je ne veux acheter du fil que pour des projets précis, plus parce qu’il est joli, parce que peut-être…

ac

On fait ça, un mois sans achats?
Sans hésiter, je réponds oui à quiconque me pose cette question.

Voici, en vrac, quelques avantages:
* Faire des économies (oui, oui, j’ai réussi à mettre de l’argent de côté, et étonnamment beaucoup, pour la première fois depuis septembre!)
* Réaliser que l’on possède déjà tant de choses (en fait, je n’ai eu l’impression de ne manquer de rien durant le mois!)
* Réfléchir à son rapport aux objets (En ai-je vraiment besoin pour être heureux-se?)
* Retrouver certaines choses (des savons, entre autres, pour moi!)
* Prendre le temps de s’informer sur des achats à faire (par exemple, la poêle en fonte et la pâte à dents dans mon cas)
* En parler autour de vous. (Je vous le promets, ça suscite de bien belles conversations.)
* Faire sortir de chez soi plus de choses qu’il n’en rentre (parce que oui, tant qu’à ne rien laisser entrer chez vous, profitez-en donc pour donner et faire de la place!)

achats

Donc, donc, je crois que vous l’aurez compris, faire un mois sans achats, je le conseille. Vraiment. C’est une belle façon de se recentrer, de prendre du temps, de revisiter nos limites! En tout cas, moi, je suis plus que jamais motivé à faire un grand ménage!

Vivement le printemps, tout dépoussiérer, les fenêtres grandes ouvertes!

Et un déménagement qui s’annonce en mai: ça me laisse deux mois pour me préparer à déménager léger! 🙂

Plein d’amour,
Je vous retrouve bientôt,

K.

Un mois sans achats!

Les achats!
Quels problèmes: mélange d’envie et de culpabilité, de satisfactions et de frustrations!

Je ferai court aujourd’hui (du moins, j’essayerai!), simplement pour vous exposer à quoi ressemblera mon mois entre le 7 janvier et le 7 février: je n’achète rien! 🙂

colloque-gsvq-2013

Faire un mois sans achat pour débuter 2016: pourquoi?

C’est assez simple: dans les derniers mois, moi qui n’avais jamais été une grande consommatrice, j’ai compris le pouvoir qu’avait notre pouvoir d’achat pour nous remonter le moral. J’ai compris qu’acheter me procurait des sensations, je me suis laissée prendre au jeu, acceptant d’accompagner des amis.es dans leur tournée de magasins, choses que je ne faisais jamais avant. Sous prétexte de me changer les idées, je me suis mise à acheter plus que ce que j’en avais l’habitude et, surtout, beaucoup plus impulsivement… Et une chose en entraînant une autre, dans les derniers temps, je me surprends moi-même à désirer des objets au point où ça m’agace dans ma vie de tous les jours, où ça prend une place dans ma tête qui n’a pas besoin de pensée de la sorte pour être bien remplie!

Et puis, refusez d’acheter, acheter intelligemment, ce sont des choses que l’on peut réellement faire pour prendre position, avoir un poids politique, une parole. L’idée de n’encourager absolument aucune production de matériel pendant un mois me plaît bien, je dois le dire!

02.jpg

Alors, pendant ce mois, je veux:

* Ne rien acheter qui ne soit pas alimentaire (parce que bon, quand même, je n’ai pas assez de réserve pour survivre à ça!)

* Consigner mes envies d’achats, me poser des questions sur ceux-ci, prendre le temps de voir le pourquoi

* Renouer avec les choses que je possède déjà, analyser la relation que j’ai avec mes objets, voir lesquelles me sont bénéfiques, lesquelles me nuisent au quotidien

* Trouver des solutions imaginatives pour combler les manques que j’aurais habituellement comblés en achetant quelque chose…

* Par le biais de défis hebdomadaires, changer 4 petites choses dans mon chez-moi pour me débarrasser de choses jetables, encombrantes… pour trouver des solutions à ce qui m’agace! 🙂

* Comme c’est le début des cours et que cela implique habituellement l’achat massif de livres (je suis en littérature, j’aime les livres, et j’aime en acheter, alors…), voir si c’est possible de passer une session qui ne me coûte rien d’achats matériels: Je vais exploiter les bibliothèques! 🙂

* Partager tout ça avec vous, sur Facebook, Instagram et ici histoire de me motiver un peu!

5_a8IL3

Et à la fin du mois, je fais quoi?

* Pour me donner un but (et profiter de l’avantage monétaire de ce défi!), je vais, à la fin du mois, acheter un billet pour aller voir une production culturelle! Parce que j’aime ça, moi, aller voir des spectacles, mais que c’est assez cher! Je crois qu’en combinant les deux, mon mois sans achats et réinvestir dans la culture, je vais réellement me rendre compte des possibilités et des bénéfices de choisir ce dans quoi je dépense!

* Un petit bilan, aussi, bien sûr! Et je suis certaine que plein d’idées pour la suite viendront d’ici là!
sansachatsansdateEt si on transformait ça en mois?

Voilà donc un peu! Je commence aujourd’hui, je vous tiens au courant et, si vous avez envie de le faire aussi, sachez que ce serait un immense plaisir d’avoir vos retours, par courriels, commentaires ou Facebook et de vous faire une petite place dans mon bilan!

Je vous retrouve lundi pour mon premier petit défi zéro déchet… Je ne suis pas certaine encore, mais j’ai bien l’impression qu’il sera question de pâte à dents.

Avec tout plein d’amour et de motivation pour les semaines à venir,

K.